Décalages / Charles-Louis de Montesquieu, Lettres persanes

Publié le par Martin Seller

Huit mois et un bébé plus tard, me revoilà coincé sur cette même terrasse, les muezzins prennent leur élan, dans une consonance toute relative mais polirythmée. Un silence. Quelques mouvements de barbes et de tarbouchs n’interrompent pourtant pas les discussions anglo-françaises ni la vente par les enfants des bijoux de pacotilles. Ma voisine vient de repérer  six chaises plus loin quelque célébrité et s’empresse d’aller se faire parapher sa carte postale, décidemment…
Tiens, c’est Polanski entends-je. Une autre le regarde déjà dans le viseur de son téléphone portable après avoir retiré ses lunettes Chanel, comme pour se sentir plus proche de l’éternité, ici sur la place du néant !
Mon thé a infusé trop vite et les quatre verres s'achèvent dans l’amertume d’un goût de déjà vu. Ah Usbek, comme tu savais relater les faits !
La prière est terminée et on sent un léger reflux. Il serait tant pour moi d’aller nager un peu. Mais mon regard s’arrête d’abord sur cet étalage d’œufs d’autruches. Un septuagénaire encasquété d’orange, comme le petit groupe qui l’accompagne, tente de photographier le commerçant sorcier. Celui-ci se lève, s’approche de lui et lui assène un coup de genou. La casquette étonnée rejoint très vite ses comparses et s’enfonce dans le souk, le Nikon entre les jambes, à la recherche sans doute d’une victime plus conciliante.
Soudain, au loin, un petit amas de militaires encadre une pointure un peu plus large qui, une bouteille de Sidi Ali à la main, semble veiller au bon déroulement du roulement. D’un geste du menton, il envoie l’un de ses satellites tout de brun costumé faire respecter d’un « Hey, Sidi Mohammed, agi !»* la ligne arbitraire qu’il aura tracé sur la place et faire ainsi déménager au serveur les quelques tables qui enfreignent sa loi. L’ordre revenu, le petit groupe de Sa Majesté s’en va terrasser d’autres dragons.
Quant à moi, ma deuxième théière terminée, je m’en vais chercher maintenant le moyen de trouver en moi et pour quelque temps la respiration équilibrée du stoïcien nonchalant.
 
* ce qui signifie approximativement : « Heh machin, viens ici !»
 
Plus tard, jardins de la Coutoubia,
Si les touristes sillonnent l’allée principale, les chemins eux restent l’abri tranquille des oiseaux et des jardiniers affairés, mais aussi des amoureux qui entament leurs premiers flirts sous l’œil bienveillant de la vénérable mosquée. Un chien endormi abuse de la pelouse et ne demande qu’à poursuivre son effort.
Les palmiers frémissants, le ciel gris, me laissent penser qu’il me faut rejoindre maintenant femme et enfant, bientôt fermer l’œil et oublier les sons du Maghreb fleurissant.


M.S.


Un lien en lien avec les questions évoquées ci-dessus

Charles-Louis de Montesquieu, Lettres persanes
Charles-Louis de Montesquieu, Lettres persanes


Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vrai voyance gratuite mail 19/01/2017 15:56

Je te félicite c’est bien d’avoir fait ce blog
merci beaucoup

voyance gratuite par mail 26/10/2016 12:38

Bravo ! Votre blog est l'un des meilleurs que j'ai vu !

voyance gratuite par telephone 05/08/2016 13:46

Bravo pour le blog et vos articles.

voyance gratuite en ligne 02/05/2016 10:13

Superbe Blog bien plus complet et pratique. Il me faudra des mois pour arriver à "rattraper" mon retard.
Un grand merci.

voyance par mail gratuite 07/11/2015 10:12

Bravo pour votre site, l'accès est facile et le contenu est très riche. Je vous remercie pour ce merveilleux partage. Et je vous encourage de continuez ainsi. Bon continuation